Le mouvement RMC

Récemment, j’ai été enthousiasmée par ma découverte du livre « Reprise en main citoyenne » de Michel Bureau (Ed Arckadia, janvier 2024), servant de base fondatrice au mouvement éponyme, RMC.

J’y suis très sensible parce que l’auteur, médecin et philosophe, décrit la démocratie dans laquelle les futurs citoyens de Pana, mon roman, vont vivre.

Pour moi, il s’agissait d’une utopie, comme je le présente dans la page d’accueil du site web associé au roman; mais des courageux ont osé mettre ce projet en route ici, en Belgique en plus ! Le rêve devenant réalité ! Je croise les doigts pour que ce mouvement grandisse et se développe dans la plus grande harmonie possible.

Pour celui qui peut et veut aujourd’hui, en mars 2024, il faut soutenir ce mouvement en lui permettant d’obtenir des listes aux élections de juin 2024, en signant ici.

COVID-19: une liste incomplète d’actions de résistance à la pensée unique

Au fur et à mesure que je cherche des informations, je me rends compte qu’il y a beaucoup de personnes et d’associations qui résistent à l’appel de la doxa de ce monde corrompu. J’utilise ce terme fort à dessein, non pas dans son sens extrêmement restreint actuellement, sous-entendant presque toujours « acheté » ou « vendu », mais dans son sens beaucoup plus large de abîmé, décomposé, dénaturé, détérioré, etc. On est devenu (ou toujours été?) « con » dans le sens très bien développé par Jacques Généreux dans un entretien vidéo récent (26/11/2022) « La bêtise a pris le pouvoir ! Comprendre le cerveau de nos élites » .

Les listes ci-dessous sont très personnelles et très petites car je trouve ces noms, ces livres, articles ou vidéos le plus souvent par hasard.
Néanmoins, je les mettrai à jour à chaque fois que je trouverai un autre trésor.

Les personnalités

Mis à part le Professeur Didier Raoult, LA personnalité de premier rang qui, bien que ne voulant jamais entrer dans le débat politique, s’est toujours trouvée attaquée de toutes parts parce que très ferme sur sa position scientifique et médicale, je dresse ma liste personnelle des personnalités que j’ai découvertes au fur et à mesure de mes lectures, et que j’admire pour leur rigueur et leur courage.

Les deux premières personnes que j’ai remarquées, attirant l’attention sur les dangers de l’attitude officielle adoptée, sont les suivantes.

Le Professeur Christian Perronne, Professeur de maladies infectieuses et tropicales à l’université de Versailles et chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches jusqu’en décembre 2020, avec une interview du 02/06/2020 « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? »

Le Dr Christian Velot, généticien moléculaire à l’université Paris-Saclay et Président du Conseil Scientifique du CRIIGEN, dont le ne cite que deux présentations: « COVID-19 : Les Technologies Vaccinales à la loupe » (26/12/2020) et « Ne faisons pas un remède pire que le mal » (29/06/2021).

Ensuite, je veux saluer la ténacité et le courage d’une multitude d’autres personnes, connues ou moins connues.

Cécile Maïchak, notamment pour les doctothons qu’elle a organisés en décembre 2021 et 2022.

Le Dr Alain Colignon, chirurgien vasculaire belge. Révolté par les injonctions venues d’en haut, il a osé critiquer l’Ordre des médecins et la ligne officielle. Il a continué à exercer selon la déontologie, assumant tout à fait ce qu’on lui a interdit de faire. Il a été suspendu pour deux ans du droit d’exercer l’art médical. Il a créé le nouvel Ordre Universel des Praticiens de la Santé (OUPS).

Le Dr Benoît Ochs, médecin généraliste luxembourgeois, suspendu pour un an par l’Ordre des médecins en 2021. Non seulement il a continué à soigner ses patients malgré les avis contraires des autorités sanitaires, mais il a également alerté sur les anomalies qu’il avait détectée chez ses patients vaccinés. Il se défend actuellement dans une procédure en justice.

Le Dr Louis Fouché, médecin anesthésiste-réanimateur français, qui remet en question la politique sanitaire depuis le début de la crise COVID, fonde le collectif ReInfoCovid France. Avec Stéphane Chatry, ils ont écrit un livre et réalisé un long-métrage du même nom: Tous résistants dans l’âme.

Le Dr Geert Vanden Bossche, vétérinaire et docteur en virologie belge, il critique la politique COVID des gouvernements. Il met en garde en particulier contre les risques de vaccination des enfants.

Le Dr Amine Umlil, pharmacologue et juriste français, révoqué du corps des praticiens hospitaliers le 4 février 2023 pour « des actions de propagande anti-vaccinale durant la crise sanitaire ». Et également convoqué le 19/10/2023 à Paris devant la Chambre de discipline de l’ordre national des pharmaciens, qui rend, le 6/11/2023, sa décision sur le fond alors qu’elle ne pouvait pas le faire ! on est dans Kafka …

La Dr Laurence Kayser, gynécologue belge, comparait en appel devant la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins le 7/11/2023. En première instance, elle avait été condamnée à trois mois de suspension pour son franc-parler et sa critique de la politique sanitaire. La docteure Kayser a eu le tort de dire en public :
1) qu’il fallait soigner les malades du Covid et non refuser de les recevoir en les renvoyant chez eux avec du paracétamol,
2) que les vaccins du Covid provoquent des effets secondaires graves chez un nombre anormalement élevé de vaccinés, et elle l’a dit en citant… les chiffres officiels !

Les auteurs et leur ouvrage

Anne Dumont, ingénieure civile et assistante sociale belge, COVID-19, des experts et ministres dignes de confiance ?, Medicatrix, 15/10/2022.

Pierre Chaillot, statisticien français, Covid 19, ce que révèlent les chiffres officiels, L’Artilleur, 18/01/2023.

Alexandra Henrion-Caude, docteure généticienne franco-britannique, Les apprentis sorciers, Albin Michel, 08/03/2023.

Christine Cotton, biostatisticienne française, Tous vaccinés, tous protégés ?, Tredaniel La Maisnie, 08/06/2023.

Martin Zizi, docteur en biophysique, professeur de physiologie, Lettre au pleurnichard du 16 rue de la Loi et au Peuple Belge !, contenant les liens vers les documents scientifiques envoyés dès juin 2020 !

M.Bureau, L. Annemans, F.Caruso, C.Cotton, C.Delrée, D.Doat, C.Fallon, F.Goaréguer, JM.Longneau, P.Meyer, L.Mucchielli, E.Paul, B.Rentier, M.Rosenzweig, N.Thirion, M.Wathelet, M.Zizi, 19 co-auteurs et experts, COVID-19. Crise sanitaire? Crise sociétale?, Ed. Medicatrix, 15/10/2022

Les associations et collectifs

Covidrationnel est une équipe interdisciplinaire principalement composée de professeurs et chercheurs d’universités belges, visant à apporter des éclairages, réflexions, questionnements ou solutions transversales et complémentaires sur la crise de la COVID en Belgique.

Bon Sens Belgique est née en 2020 du rassemblement de quelques citoyens déroutés par la gestion de la crise COVID, abasourdis face à une société qui, presque entière, semblait avoir perdu tout bon sens. Rassembler, informer, réinformer, partager pour ensemble garder notre bon sens, et si possible contribuer à ramener un peu de lucidité autour de nous, telle est la mission que se fixe Bon Sens Belgique. À noter par exemple, la distribution par l’association d’un Formulaire de consentement éclairé et de responsabilité civile et pénale.

ReInfoSanté Belgique est un collectif belge de soignants, médecins et scientifiques universitaires qui désire mener des actions de ré-information sur la crise sanitaire alors que les médias officiels font de la désinformation systématique, et également dire « non » aux abus de pouvoir des autorités sanitaires et politiques, demander l’ouverture d’un véritable débat démocratique.

Notre Bon Droit, communauté belge autour des enjeux démocratiques soulevés par les crises successives auxquelles nous devons faire face.

Excès de mortalité ? Pfff c’est rien ! Complotiste va !

J’entends parler d’excès de mortalité depuis 2022, par la chaîne Youtube du Dr John Campbell.

Un petit mot pour le présenter, à ma façon.

C’est un YouTuber anglais et éducateur infirmier à la retraite connu depuis 2008 pour ses vidéos proposant des conférences éducatives sur des sujets liés aux sciences de la santé et aux soins infirmiers. Dès le début de 2020, il s’est consacré à la COVID-19; il prodiguait les conseils mesurés fournis par son ministère de la santé.

Les premières vidéos de lui que j’ai suivies étaient extrêmement prudentes et se basaient très souvent sur ce que les documents officiels présentaient. Il restait très consensuel avec la ligne « officielle » de l’époque, même si il ne se privait pas de pointer des questions sur quelques « bizarreries ». À cette époque, il n’était pas du tout « suspect », ou « complotiste ».

Une des premières videos où j’ai pu penser qu’il « virait complotiste » date du 13/06/2021 et met en évidence un effet secondaire possible des vaccins à ARNm: « CDC, Friday 18th June, Review potential link between heart inflammation and mRNA vaccines » (CDC, vendredi 18 juin, Examen du lien potentiel entre l’inflammation cardiaque et les vaccins à ARNm). Ce virage est confirmé aujourd’hui par Wikipedia qui l’accuse de désinformation ! MAIS rappelons que Freddie Sayers lui-même, cofondateur de Wikipedia, affirme qu’il n’a plus confiance dans les informations prodiguées par l’encyclopédie participative. Il explique que la ligne éditoriale a perdu sa neutralité et que Wikipedia est devenu un instrument de propagande pour les industriels et les partis politiques.

Nonobstant l’avis de Wikipedia (oui je crois que je suis aussi complotiste …), je continue à le suivre car il source ses vidéos et on peut aller contrôler soi-même.

Revenons à ce fameux excès de mortalité observé. Voici quelques vidéos épinglées depuis fin 2022.

« Excess deaths, the data », vidéo du 28/08/2022.

« Record excess deaths in Europe », vidéo du 18/09/2022.

« Excess deaths in all age groups », vidéo du 11/01/2023.

« Excess deaths high, covid symptoms mild », vidéo du 30/03/2023.

« International excess deaths », vidéo du 11/06/2023.

Au début, je me disais que c’était dû à la mauvaise prise en charge des malades autres que « covideux », c’est-à-dire tout ce qui pouvait être lié à un non suivi des malades non infectieux (cancers, problèmes cardiaques,etc.). Mais à y réfléchir, cette mortalité excessive aurait dû finir par se stabiliser, ce qui n’est manifestement pas ce qui se passe.

Voici encore quelques liens « officiels » intéressants à consulter (de Eurostat et Euromomo).

Excess mortality hits +16%, highest 2022 value so far.

EU excess mortality above the baseline in May 2023.

Euromomo: graphs and maps. Avec notamment les deux graphes que j’en ai extraits: suivi-mortalite-0-44ans_2017-2023 et suivi-mortalite-45-84ans_2017-2023.

Remarque pour ces deux derniers graphes:

suivi-mortalite-0-44ans_2017-2023 : au début du covid (2020), la population en-dessous de 14 ans ne risquait rien (moyenne de mortalité en baisse malgré la pandémie !); pourquoi les vacciner ? Idem pour les 15-44 ans où la mortalité ne change pas beaucoup par rapport aux deux années précédentes.

suivi-mortalite-45-84ans_2017-2023 : la mortalité augmente pour les tranches d’âge au-dessus de 45 ans à partir de 2020, avec un pic plus important en 2020, certainement dû à la covid, mais restant important en 2021, 2022 et 2023 ! alors que le pourcentage de population vaccinée est important (près de 80% de la tranche d’âge 45-84).

Quelques réflexions, selon l’hypothèse envisagée.

Hypothèse 1: les vaccins restent efficaces et protègent bien. Et de toute façon, avec le temps, la virulence du virus est considérablement atténuée.
Question: pourquoi cet excès de mortalité ?

Hypothèse 2: les vaccins ne ciblent plus les « bons » variants et ne sont plus aussi efficaces.
Question: vu que la sévérité de la covid est beaucoup moindre, ça ne devrait pas poser trop de problème. Alors pourquoi cet excès de mortalité?

Hypothèse 3: les vaccins ne protègent pas du tout.
Question: pourquoi continuer à se faire vacciner ?

Finalement, ne faudrait-il pas comprendre d’où vient cet excès de mortalité et prendre ce problème en considération pour tenter d’y apporter une solution ?

Apparemment, les pouvoirs publics font l’autruche, peut-être de peur de devoir reconnaître leurs erreurs ?

MAIS au moins y a-t-il eu une intervention possible au Parlement britannique, concernant ce sujet, grâce à la ténacité et au courage du parlementaire Andrew Bridgen.

Son intervention a été finalement acceptée après 20 refus et vous pouvez la suivre par ce lien « Parliamentary speech on excess deaths ».

Ce qui me choque c’est le contraste ÉNORME entre le « je m’en foutisme » de la classe politique (assemblée vide !) et le soucis de la population, à mesurer par la clameur audible des applaudissements malgré la grosse vitre de séparation avec le local du Parlement, alors que le sujet est TRÈS préoccupant!!!

Un autre médecin anglais, le Dr Philip McMillan, est également préoccupé par ce problème : « Are Excess Deaths being Ignored across the World? »; il analyse notamment brièvement la réponse de l’opposition à Andrew Bridgen; intéressant. (NB: j’adore son « Elephant in the room » qui remplace le vocable « vaccin covid » !!! pour éviter la censure de Youtube)

Enfin, grâce à des données anglaises extrêmement bien étudiées et analysées, Pierre Chaillot, auteur de l’excellent livre « Ce que révèlent les chiffres officiels », éd. L’artilleur (18/01/2023), nous démontre que ce sont les vaccinés anti-covid qui meurent le plus toute cause confondue !! Mais rappelons qu’un chercheur liégeois, Patrick Meyer, signalait, dans un article très documenté portant sur des données de 2021 (et oui, déjà !!), qu’on pouvait suspecter que le vaccin ne serait pas utile, et même peut-être délétère.

Et chez nous, on dort ?

NON, PAS TOUT LE MONDE !

L’association « Notre Bon Droit » a déposé une plainte une plainte pénale contre l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) pour manque de transparence et non-respect des règles dans la gestion des vaccins Covid19.

Bravo à cette association, à suivre et à soutenir !

Non, non et non aux amendements aux RSI de l’OMS

Depuis plusieurs mois, je suis très inquiète de ce qui se prépare à l’OMS, par l’intermédiaire notamment de la révision des Règles Sanitaires Internationales (RSI).

Cette révision va très dangereusement vers la démission de l’autorité des États au profit de cette organisation qui, rappelons-le, est non élue, non responsable vis-à-vis des citoyens du monde et surtout financée en grande partie par des investisseurs privés dont les buts ne sont peut-être pas désintéressés ! 20% des fonds sont des contributions statutaires et le reste provient de contributions volontaires (dont Bill Gates et l’industrie pharmaceutique GAVI sont de beaux exemples) assignées très souvent à des programmes précis (genre développement de vaccins expérimentaux).

Si, au départ, il est clairement souhaitable de pouvoir établir un consensus mondial sur des règles sanitaires basées sur des connaissances scientifiques établies, de pouvoir échanger rapidement des informations concernant la propagation de nuisibles, il est par contre dangereux d’imposer à chaque État les mêmes façons d’aborder un problème de santé.

L’idée « One Health » à appliquer à tous les citoyens de la même façon est stupide et dangereuse.

Quand on regarde de plus près les amendements actuellement aportés aux RSI, on peut se dire que Orwell est un enfant de cœur décrivant un monde de bisounours.

Notamment, il faut savoir que :

  • le terme « non contraignant » (non-binding en anglais) a été retiré de l’article 1
  • « dans le plein respect de la dignité, des droits de l’homme et des libertés fondamentales des personnes » a été supprimé dans l’Article 3,
  • « en tenant compte des vues de l’État partie concerné » a été supprimé dans l’Article 10,
  • un nouvel Article 13A dont le paragraphe 1 s’énonce « Les États Parties reconnaissent l’OMS comme autorité d’orientation et de coordination de l’action internationale de santé publique en cas d’urgence de santé publique de portée internationale et s’engagent à suivre les recommandations de l’OMS dans leur action internationale de santé publique. »,
  • et un grand nombre d’Articles où il apparaît que le Directeur-Général sera le juge de ce qui doit se faire et être décidé.

Rappelons que le processus d’adoption de ces amendements est très particulier.

En effet, ce ne sont pas les parlementaires des États qui décident et marquent leur accord. Un article de l’OMS stipule, depuis le début (et ça a été validé par tous les États depuis toujours), qu’ils seront acceptés s’il n’y a pas de refus explicite exprimé par l’autorité de ces États.

QUI NE DIT MOT CONSENT.

Dans cet état d’esprit, j’ai d’abord rédigé une pétition Non à l’accord pandémie de l’OMS, orientée vers les amendements.

Ensuite, dès le 12 mai j’ai fait part, par courrier électronique, de mon inquiétude à quelques sénateurs belges (voir le contenu de ce courrier), et plus tard aux chefs de partis francophones. Quelques uns ont eu l’amabilité de me répondre.

Il y a quelques jours, j’ai encore pris l’initiative de m’adresser à eux (voir le contenu du courriel) pour leur signaler que l’échéance pour l’adoption de ces amendements approchait à grand pas: si l’État n’a rien dit avant le 1er décembre, il aura marqué son accord.

J’ai probablement peu de crédit mais j’ai au moins la satisfaction d’avoir effectué ma part de colibri.

A-t-on démissionné?

Je n’ai jamais été intéressée par la politique et ma vie quotidienne obéissait à quelques règles « citoyennes » minimalistes du style tri efficace des déchets, respect du domaine public, respect des autres, intérêt pour les idées sur la sobriété économique,etc. Je suis très loin d’avoir un caractère militant, j’aime juste qu’on me foute la paix, et je fous la paix aux autres. Le tout dans la plus grande civilité. Je crois que j’ai voté pour à peu près toutes les couleurs de l’arc-en-ciel des partis non extrémistes, votant d’abord pour des personnes plutôt que des partis.

Sans que je le veuille ou le cherche, la crise du SARS-CoV-2 m’a très fortement incitée à me poser des questions. C’est venu tout seul, tant les décisions prises par nos éminents gouvernants me semblaient sujettes à doute.
Une première analyse en 2021 m’a poussée à poster un petit article sur mon état d’esprit de l’époque.

Si je peux comprendre que, dans l’urgence d’une situation inattendue, totalement inconnue et perçue comme dangereuse, les gouvernants prennent des décisions inefficaces, a posteriori je crois que la situation de l’époque n’aurait pas dû être perçue comme totalement inconnue. On avait déjà des connaissances scientifiques concernant le SARS-CoV de 2003 et certains médicaments étaient connus comme efficaces pour diminuer les risques. (voir en bas de page, quelques articles scientifiques). De plus, beaucoup de médecins dans le monde pressentaient l’efficacité de ces deux médicaments, en raison de leur parcours personnel, et ont prescrit ça à leur patientèle, avec des résultats très souvent encourageants. Ce que je ne comprends pas c’est l’acharnement contre ces praticiens dont beaucoup ont subi soit des pressions soit des menaces. Mais je ne reviendrai pas sur ce point, si ce n’est de rappeler que si un ou plusieurs médicaments sont déclarés comme pouvant servir à soigner, aucun traitement expérimental d’urgence ne peut être mis sur le marché, donc pas de vaccin génique !!! Je voudrais juste indiquer que depuis 2020, beaucoup d’études ont été effectuées, tant sur la maladie que sur les vaccins, particulièrement ceux imposés de force par les pays riches occidentaux. Plusieurs personnes ou groupes de personnes ont décidé soit de faire le point, soit de permettre de s’exprimer librement sur le problème. Mais les médias principaux ne présentent jamais quoi que ce soit de ce qui ressort de ces analyses ou positions.

Je voudrais mettre en évidence quelques personnes, actions ou initiatives dignes de respect.

D’abord le Dr Alain Colignon, suspendu 2 ans pour prescription de vitamine D, d’ivermectine, etc., en un mot pour avoir continué à soigner ses patients et à avoir honoré son serment d’Hippocrate, contrairement à certains de ses collègues qui ont suivi aveuglément les consignes imposées par la doxa. Merci Docteur pour votre droiture et pour votre conscience professionnelle.

Ensuite le Dr Martin Zizi pour sa lettre ouverte à notre Premier Ministre. Pour rappel, à la suite de la lettre du Premier ministre à tous les Belges du 22 juillet 2023, Martin Zizi, biophysicien, professeur de physiologie, ancien Directeur épidémiologiste du Département de la Défense, lui a adressé une réponse particulièrement bien fondée, à lire de toute urgence. D’autant qu’elle se fonde sur un rapport d’une soixantaine de pages rédigées par six contributeurs principaux aux qualifications et expériences impressionnantes, et envoyé en juin 2020 au Premier Ministre ! Il ne pourra pas dire qu’il ne savait pas …

Enfin, ci-dessous, quatre exemples d’initiatives, parmi d’autres.

Covidrationnel est une équipe interdisciplinaire principalement composée de professeurs et chercheurs d’universités belges, visant à apporter des éclairages, réflexions, questionnements ou solutions transversales et complémentaires sur la crise de la Covid en Belgique.

L‘International Covid Summit a été créé pour que les médecins, les avocats et les professionnels du monde entier puissent s’unir et discuter de leurs expériences avec le COVID-19, parce que le partage des données et des recherches du monde entier est essentiel pour trouver des traitements efficaces contre le Covid-19 et il est essentiel de pouvoir en discuter en toute sécurité, sans censure.

ReInfoSanté est un collectif de soignants, médecins et scientifiques universitaires qui désire mener des actions de ré-information sur la crise sanitaire alors que les médias officiels font de la désinformation systématique, et également dire « non » aux abus de pouvoir des autorités sanitaires et politiques, demander l’ouverture d’un véritable débat démocratique.

Le livre « COVID-19. Crise sanitaire? Crise sociétale? », co-écrit par Dr M.Bureau, Pr L. Annemans, Dr F.Caruso, C.Cotton, Me C.Delrée, D.Doat, Pr C.Fallon, Dr F.Goaréguer, Pr JM.Longneau, Pr P.Meyer, L.Mucchielli, Pr E.Paul, Pr B.Rentier, M.Rosenzweig, Pr N.Thirion, Dr M.Wathelet, Pr M.Zizi, Ed. Medicatrix, 2022

La position des media « officiels » sur ce type d’initiatives est très bien reflétée par un article de Libération à propos de l’International Covid Summit.

TITRE: CheckNews : «International Covid Summit» : les figures covidosceptiques s’invitent au Parlement européen.
« La troisième édition d’un sommet qui rassemble les personnalités opposées à la vaccination anti-Covid, comme Christian Perronne ou Louis Fouché, se tient cette année, en partie, dans une salle du Parlement européen. Annoncé, Didier Raoult indique qu’il n’y participera pas. »

CE QU’ON PEUT RÉPONDRE À CET ARTICLE PARTICULIÈREMENT TENDANCIEUX ET MANIPULATEUR:

Premièrement, si vous écoutez les conférences, vous pourrez vous rendre compte que les scientifiques qui présentent leurs résultats n’ont rien de « covidosceptiques », ils sont juste scientifiques. DONC FAKE INFO DE MANIPULATION DE LA PART DE LIBÉRATION !

Deuxièmement, cet article détourne les objectifs du sommet en mettant en exergue le fait qu’il est parrainé par des membres de partis européens soit de droite soit d’extrême droite (Christine Anderson, Cristian Terhes, Ivan Sincic, George Simion, Mislav Kolakušić). À noter que Mislav Kolakušić est un parlementaire indépendant ! Ces informations sont vraies et c’est ce qui me plonge dans la perplexité.

En effet, j’ai aussi pu constater que beaucoup d’initiatives de questionnement ou d’analyse provenaient de la droite ou extrême-droite européenne. Et que les partis traditionnels semblaient s’endormir sur des positions décidées une fois pour toutes et non remises en question. Ces partis refusent clairement de répondre aux questions posées. De plus, dès qu’un membre prend des positions plus critiques, comme par exemple le parlementaire Andrew Bridgen au Royaume Uni, il est exclu de son parti. Dès qu’on dévie du narratif imposé par les gouvernants ou qu’on ose se poser des questions ou demander des comptes, on est immédiatement taxé de conspirationnisme, de complotisme. Belle ouverture d’esprit et belle démonstration de démocratie. Je regrette profondément que les partis pour lesquels je vote soient à ce point anesthésiés par leurs certitudes. Et ne parlons pas des media officiels, qui restent sourds ou opposés à tout point de vue différent de la doxa. Les personnalités vilipendées pour leur discours indépendant et discordant, telles que Christian Perronne, Alexandra Henrion-Caude ou Louis Fouché, s’expriment dans les très rares media qui les invitent à présenter leur position et à en discuter. Apparemment, la possibilité de discussion n’existe plus QUE dans des media taxés de populisme ou d’appartenance à l’extrême droite, même lorsqu’ils sont en fait simplement curieux et ouverts, comme le canal « Bercoff dans tous ses états », de Sud Radio. Sont-ils devenus les seuls à garder un esprit critique ? Oui manifestement. ON A DÉMISSIONNÉ !

Au point qu’à l’heure actuelle, il semble que beaucoup d’états soient près à baisser les bras devant la difficulté de gérer ce type de crise et de lâchement déléguer ce pouvoir à l’OMS (voir mes deux articles précédents). Néanmoins, quelques parlementaires de divers pays se sont élevés contre cette idée. Je n’ai certainement pas trouvé tous les cas de désaccord à travers le monde mais voici ceux qui apparaissent le plus facilement dans les recherches.

Une Conférence de presse au parlement européen, après le 3e ICS

Le discours de la sénatrice anglaise Esther McVey

Le discours du sénateur anglais Andrew Bridgen

Encore une fois, on ne voit que des représentants de droite ou d’extrême droite. Et c’est regrettable, car le message devrait vraiment être entendu, toute idéologie partisane mise à part.

Je trouve ça éminemment triste.

_____________________________________________________________________________________________

Pour finir, comme annoncé plus haut, voici quelques études scientifiques concernant les deux médicaments qui ont subi tant de polémique durant cette crise de la COVID-19. Ces études proviennent du site scientifique reprenant la littérature biomédicale et des sciences de la vie, PUBMED.

NB: il faut savoir que la date de publication implique que les études ont été commencées beaucoup plus tôt, ce qui laisse supposer que ces médicaments étaient déjà supposés utiles ! Alors, regardez bien les dates mentionnées.

Concernant l’efficacité de la chloroquine ou l’hydroxychloroquine

août 2005: « Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and
spread »

décembre 2019: « A retrospective analysis of the effect of the intervention of Arogya Kashayam in COVID-19 positive cases in Madhya Pradesh »

Voici aussi un excellent article du Professeur Robert Clancy « La curieuse histoire de l’hydroxychloroquine », en date du 31 mai 2023. Avec la présentation sur Youtube lors d’un entretien avec le Dr John Campbell.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Concernant l’efficacité de l’ivermectine

février 2021: « A five-day course of ivermectin for the treatment of COVID-19 may reduce the duration of illness »

septembre 2020: « Ivermectin: a systematic review from antiviral effects to COVID-19 complementary regimen »

juin 2021, « Ivermectin for Prevention and Treatment of COVID-19 Infection: A Systematic Review, Meta-analysis, and Trial Sequential Analysis to Inform Clinical Guidelines »

En allant voir sur PUBMED le nombre de publications liées à ces deux médicaments, il est clair qu’ils étaient probablement intéressants dès le début, en tout cas pour les scientifiques et les médecins. Certainement pas pour les sociétés pharmaceutiques. Car pas de mise sur le marché en urgence de vaccins expérimentaux s’il existe déjà des possibilités de soigner !!

Le monde s’éveille à propos de l’OMS

Je ne suis pas isolée dans ma grande peur de la façon de l’OMS risque bien de prendre les rênes sur la gestion de la santé mondiale (voir mes pétitions sur Change.org ou Avaaz). Au Royaume Uni, des Parlementaires courageux ont tiré la sonnette d’alarme, et au Parlement Européen également. Au point que même le Journal « The Telegraph », très peu hors des clous et certainement pas « complotiste », exprime cette angoise.

Et aussi:

Une pétition au Royaume uni

Des questions en Australie

Demande de débat au Parlement du Royaume Uni

Réaction du Dr John Campbell

Rappel pressant de mise en garde concernant les amendements aux RSI (Dr J. Campbell et J.Roguski)

NON à l’Accord pandémie de l’OMS

Ce texte fait l’objet d’une pétition, publiée sur change.org ET sur Avaaz. Et il est urgent de les signer !

IL FAUT SAVOIR QUE:

1. L’OMS est financée à 80% par des sources « volontaires », parmi lesquelles la fondation Bill Gates ou la société pharmaceutique GAVI.
2. Il s’agit, de plus, d’un organe supranational, non élu et non responsable: ses employés sont exonérés d’impôt, et eux et leurs familles bénéficient tous de l’immunité diplomatique.
3. Actuellement, les propositions de l’OMS sont non contraignantes, mais elles vont le devenir.

ACCEPTERONS-NOUS D’ÊTRE GOUVERNÉS PAR DES BUREAUCRATES NON ÉLUS À LA SOLDE D’INTÉRÊTS ÉTRANGERS ?

NON à l'accord pandémie de l'OMS

Il faut demander des explications et des éclaircissements à nos parlementaires, il ne faut pas rester muet, sinon ils risquent bien d’accepter cet accord aveuglément.

L’OMS, avec l’agrément des États membres, a convenu d’élaborer un avant-projet d’accord juridiquement contraignant sur la pandémie pour le courant 2024. Cet accord, allant de pair avec un certains nombres d’amendements des règles originales de l’OMS, signerait la mort de l’indépendance des États à décider, démocratiquement, du meilleur moyen de soigner leur population. Les deux instruments, l’accord pandémie et les modifications du règlement sanitaire international, progressent en parallèle. Ce sont un ensemble de clauses juridiquement contraignantes pour toutes les nations. Elles s’appuient sur l’idée appelée « Une Santé » (« One Health »), qui donne le pouvoir au directeur général de l’OMS de décider d’une urgence de santé publique de portée internationale, en cas de suspicion ou de risque d’incident international quel qu’il soit. C’est une extension énorme de ses pouvoirs de décider quand la pandémie ou l’urgence commence et quand elle se termine. Pendant la pandémie de COVID-19, l’OMS s’est déjà octroyé le pouvoir de définir la « bonne » information. Elle a pris ce pouvoir de définir ce qu’était la désinformation, ce que disait « la Science ». Quand on vous dicte ce que la Science propose comme seule réponse immuable à n’importe quelle question, il y a clairement anguille sous roche. Car la science n’est jamais figée : elle est toujours ouverte aux modifications et aux nouveautés à découvrir, aux thèses à affiner. Par ce futur Accord, l’OMS va, aussi, devenir l’arbitre de ce qu’est la Science. Est-ce vraiment ça que les États veulent?

Un mot sur seulement deux amendements (allez voir le reste)
Ils sont disponibles à l’URL https://apps.who.int/gb/wgihr/
Dans l’Article 1, l’expression « sans engagement » (« non-binding ») est supprimée partout, ce qui laisse présager d’un engagement de la part des États à se conformer à ces règles.
Dans l’Article 3, « dans le plein respect de la dignité, des droits de l’homme et des libertés fondamentales des personnes » est supprimé et remplacé par « sur la base des principes d’équité, d’inclusivité, de cohérence … ». Peut-on imaginer que l’équité soit équivalente au respect de la dignité. L’équité risque bien de signifier « la même chose pour tout le monde », ce qui est loin du respect de la différence.

Fondée en 1948 en tant qu’agence spécialisée des Nations Unies chargée de la santé publique internationale, elle se compose de 194 États membres, essentiellement l’ensemble des membres de l’ONU à l’exclusion du Lichtenstein et du Saint-Siège. Les idéaux originaux de l’OMS étaient tout à fait louables : elle était au service de la santé du peuple, gouvernée par ses États membres, qui mettront en œuvre une politique de santé dans l’intérêt de leur peuple. Elle était basée sur un Règlement Sanitaire International (en anglais, International Health Regulations ou IHR), toujours d’application aujourd’hui, mais qui sera fondamentalement modifié par les deux instruments qui sont en préparation suite à la pandémie de COVID-19.
L’OMS est domiciliée à Genève et bénéficie donc d’un statut particulier. Ses employés sont exonérés d’impôt, et eux et leurs familles bénéficient tous de l’immunité diplomatique, donc une très bonne protection contre toute poursuite à leur encontre. Il s’agit, de plus, d’un organe supranational, non élu et non responsable. Je pense que ça fait peur si on lui donne un pouvoir quelconque.

Qui finance l’OMS ?

L’OMS n’est plus du tout financée majoritairement par ses États membres, ceux qu’elle cherche à conseiller ( ou contrôler). Elle est financée à plus de 80% par des sources « volontaires ». Les pays membres paient ce qu’on appelle des «contributions statutaires», un pourcentage du PIB d’un pays convenu tous les deux ans lors de l’Assemblée mondiale de la santé. Habituellement, ces sommes couvrent moins de 20 % du budget total de l’OMS. Cela signifie que plus de 80 % du financement de l’OMS reposent sur des « contributions volontaires », c’est-à-dire toute somme d’argent donnée librement par des donateurs, qu’il s’agisse d’États membres, d’ONG, d’organisations philanthropiques ou d‘autres entités privées (http://open.who.int/2020-21/contributors/contributor). Ces contributions volontaires sont généralement affectées à des projets ou à des maladies spécifiques, ce qui signifie que l’OMS ne peut pas décider librement comment les utiliser. « Actuellement, l’OMS n’a le contrôle total que sur environ un quart de son budget », a déclaré Lawrence Gostin, du Global Health Institute. « L’OMS ne peut donc pas définir l’agenda mondial de la santé et a dû répondre aux enchères de riches donateurs, non seulement des nations riches d’Europe et d’Amérique du Nord, mais aussi de riches philanthropies telles que la Fondation Gates ». Au cours des années 2020-2021 (on n’a pas les résultats pour 2022), le deuxième plus grand donateur, après l’Allemagne, est la Fondation Bill et Melinda Gates, et le cinquième est Gavi Alliance. Alors pourquoi font-ils cela ? Ils sont de gros investisseurs dans les produits pharmaceutiques et la technologie expérimentale de l’ARNm qui s’est avérée si rentable pour ceux qui l’ont proposée et produite lors de la dernière pandémie.
Il est clair qu’il y a une forte influence extérieure sur la politique de l’OMS, une entité dont les amendements au Règlement sanitaire international et au traité sur la pandémie seront adoptés d’ici mai 2024 si les États ne font rien et laissent faire.

Mon premier roman

Après ma mésaventure de mise au chômage pour mes 60 ans, et 37 ans de carrière à l’ULiège, un moment de déprime s’est pointé. J’ai commencé à écrire des petites histoires, sans jamais les finir. Juste pour me changer les idées en consignant des idées dans des petits fichiers. J’avais déjà fait ça pour un de mes premiers sites web: des débuts d’histoires farfelues que les lecteurs intéressés pouvaient alimenter. En relisant ces petits morceaux d’histoire plus tard, c’était assez amusant. À la longue, deux ou trois récits semblaient pouvoir aboutir, et j’ai choisi ce premier thème: l’édification d’une société nouvelle sur une exoplanète, en dehors des contraintes des passés multiculturels. Et avant l’arrivée sur cette exoplanète, le voyage en vaisseau intersidéral, avec ses propres contraintes. Ce développement se fera en trois volumes: la mise sur pied du projet, le voyage, l’installation sur la planète. Il s’agit d’un roman de science-fiction.

Le premier volume est paru en janvier 2023, en auto-édition, grâce au Livre en Papier, société d’auto-édition belge. Son titre: Projet Pana.

La version papier est disponible en librairie à Liège (PAX, Livre aux Trésors, FNAC, Entre-Temps, Le Comptoir du Livre), ou en ligne par ce lien.

J’ai également créé une version EBOOK (format epub) disponible par ce lien ou sur demande.

En résumé:

PROJET PANA : projet collaboratif international privé en vue de coloniser une exoplanète, appelée Pana. Tant d’énergie, tant de personnes passionnées, tant de rêves, rassemblés dans cette histoire très largement utopique. L’histoire débute vers 2020, sur une Terre imaginaire, où, jusqu’en 2060, la dégradation catastrophique des conditions de vie va conduire un groupe de personnalités extraordinaires à instaurer un changement de mentalité mondial. Ces transformations vont permettre au rêve de voyage intersidéral de deux milliardaires hors du commun de voir le jour. Le consortium international privé qu’ils créent, SidTrav, mènera à terme la construction de trois flottes de vaisseaux intersidéraux pour des voyages de plusieurs centaines d’années, vers une exoplanète appelée Pana. Cette histoire se termine en 2160 et raconte un élan et une collaboration gigantesque. Tous ces personnages vont partager et transmettre leurs passions pour le développement, l’équité, l’espace, vont façonner le projet et le mener à sa réussite.

J’ai également créé un site web dédié au roman: roman-pana.com. À ne pas manquer !

2021: l’année de la folie collective

2021, année clivante par excellence ! A cause d’un méchant virus, le SARS-CoV-2, et de la maladie associée, la COVID-19, on a vu apparaître les pro-ceci et les anti-cela, et surtout disparaître le débat intelligent entre ces pro et anti.
Plus aucun respect, plus aucune patience, tout dans l’exclusion des autres, chacun convaincu de sa vérité unique et sans conteste.
Comment en est-on arrivé là?
Il est probable que, d’ici quelques années, avec le recul et l’analyse objective d’experts nombreux et intelligents, capables de débattre, d’écouter et discuter, on aura une ou des réponses fondées.
En attendant, chacun a son idée, et je m’interroge sur les raisons de cette folie.
Tout commence par des informations qui circulent en provenance de Chine: SRAS (acronyme français, devenant SARS en anglais) le retour, dit SARS-CoV-2.
La vitesse avec laquelle ce virus s’est répandu à travers le monde, par l’intermédiaire des nombreux voyages, a effrayé les décideurs politiques: en 2002-2003, SARS avait fait de nombreuses victimes mais était resté localisé.
Ce n’était plus le cas et il n’y avait pas de remède connu, bien qu’il ait été proposé en 2005 que la chloroquine soit un candidat potentiel intéressant (« Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread », M.J.Vincent et al, Vir.J. 2005,2,69).
Je n’ai pas fait de recherche ultérieure, mais je sais que l’hydroxychloroquine, moins toxique, est couramment utilisée en rhumatologie et en traitement du paludisme, sans qu’il y ait de problème grave connu aux doses indiquées. D’ailleurs, jusqu’en janvier 2020, elle était vendue sans ordonnance.
De plus, cette molécule est inscrite à l’OMS comme médicament essentiel.
Mais pour des raisons obscures, cette molécule, qui aujourd’hui est reconnue comme efficace pour diminuer les risques de mortalité et diminuer les effets de la COVID-longue, a fait l’objet d’une cabale sans précédent, aboutissant au « Lancet Gate » ! Une fraude scientifique sur laquelle tous les gouvernements se sont alignés !
J’ai entendu dire que les doses utilisées dans les études qui ont discrédité ce composé étaient soit absolument dangereuses et n’auraient jamais été prescrites par un médecin digne de ce nom, soit trop faibles pour être efficaces.

Pour rappel, voici deux liens retraçant quelques faits d’actualité, en France et en Belgique:
La délivrance d’hydroxychloroquine est-elle de nouveau autorisée ?
La Belgique réhabilite l’hydroxychloroquine.

Les responsables sanitaires et politiques ne savent plus alors sur quel pied danser.
Et c’était pareil au tout début de la pandémie. Un jour le masque était inutile, le lendemain, il était obligatoire … Tout ça parce qu’on avait jugé bon, bien avant l’arrivée du virus, de jeter les stocks de masques prévus pour ce type de situation, et qu’on était donc dans l’impossibilité de fournir tout le monde.
Ensuite, il y a eu la valse des tests: quels sont les laboratoires agréés : beaucoup trop peu au début donc on ne pouvait pas tester tout le monde. Maintenant, les tests sont obligatoires pour beaucoup d’activités si on n’est pas vacciné.
Ce capharnaüm du début a été largement médiatisé, ce qui est normal car je pense que la transparence est primordiale en démocratie. Et aussi, ça fait de l’audience …
Ça a aussi mis en évidence un fait essentiel de la science: dans une situation inconnue, tout est hypothèse au départ, et les experts peuvent avoir des hypothèses différentes. C’est la mise à l’épreuve de ces hypothèses, donc le temps et le travail sur le terrain, qui doit déterminer quelles sont les hypothèses qui se vérifient.
Mais si cette démarche est bien connue des chercheurs puisque c’est leur pratique quotidienne, c’est tout-à-fait incompréhensible pour le grand public, qui a alors pris parti pour les experts qui lui plaisaient, ou ceux qui étaient systématiquement conviés sur les plateaux des media.
Et les gouvernants ont dû prendre des décisions politiques en fonction de ces avis multiples, sans savoir quelle(s) hypothèse(s) serai(en)t vérifiée(s) d’ici on ne sait pas combien de temps. Beaucoup d’inconnues en jeu, et surtout un climat anxiogène épouvantable.
Il fallait néanmoins prendre des décisions pour ne pas être taxé d’immobilisme, il faut être proactif, gagnant, productif; dans l’air du temps quoi. On réfléchira après, peut-être. Et comment faire autrement d’ailleurs puisqu’on n’a aucune réponse.
Je ne critique certainement pas les décisions prises en début de pandémie, on verra plus tard si elles étaient adéquates ou pas.
Ce qui me déplaît par contre c’est la folie qui s’est emparée de chacun de nous, même les plus éduqués. Il est difficile d’avoir un débat éclairé entre les pro-xxx ou les anti-xxx, quel que soit le xxx.
Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé autour de la personne du Professeur Raoult. C’est complètement surréaliste, c’est la folie complète et totale. Pour se rendre compte, finalement, qu’il a raison.
Et concernant la politique vaccinale, c’est même devenu explosif.
Ceux qui n’ont pas le même avis que celui exposé par les gouvernants et qui l’expriment sont taxés de complotistes, d’anarchistes, d’inciviques, ou carrément de cons ou analphabètes.
Je fais partie de ces renégats, alors que je suis « pro-vax » comme on dit. J’ai fait tous mes vaccins.
Pourquoi j’en fais partie ? Parce que j’aimerais avoir des réponses à certaines questions qui fâchent.

Pourquoi agir dans l’urgence avec des vaccins génétiques relevant d’une technologie dont on ne connait pas les effets secondaires à long terme?
Il est raisonnable de vacciner les personnes à risque, car on suppose à juste titre jusque maintenant que le rapport bénéfice/risque est favorable. Mais ce n’est pas le cas pour les autres.
De plus, la vaccination n’empêche pas d’attraper la maladie et de la transmettre. Elle réduit probablement la sévérité de la maladie, ce qui est inutile pour les personnes non à risque.
Il n’y a pas de raison à une généralisation de la vaccination puisque les personnes non à risque ont très peu de chance de développer de forme grave, et à la limite seront beaucoup mieux immunisées si elles l’attrapent.


Comment se fait-il que l’Europe n’a autorisé la mise sur le marché en urgence qu’aux vaccins génétiques?
L’EMA m’a répondu que ce sont les vaccins qui ont été les plus rapides à apparaître sur le marché et pour lesquels les firmes qui les ont développés ont introduit une demande officielle à l’EMA. Pas les autres.
Et notamment, les vaccins chinois Sinopharm et/ou Sinovac, vaccins à virus inactivés, et qui sont utilisés au Maroc, Algérie, Serbie, Brésil, Chili et pas mal d’autres pays, cette liste n’est pas exhaustive. Et ont prouvé leur efficacité, avec pour preuve cet article concernant une étude exhaustive faite au Chili: « Effectiveness of an Inactivated SARS-CoV-2 Vaccine in Chile » , publié en Juillet 2021.
Beaucoup de pays européens acceptent les visiteurs étrangers ayant été vaccinés avec ces deux vaccins (Autriche, Chypre, Espagne, Finlande, Grèce, Islande, Pays-Bas, Suède, Suisse). Pourquoi alors les pays européens n’accepteraient-ils pas aussi l’utilisation de ces vaccins à virus inactivés ?
On attend pour bientôt le vaccin de Valneva, entreprise française, qui a déjà accepté de fournir plusieurs millions de doses de vaccins à la Grande Bretagne dès la fin 2021. Pourquoi pas ailleurs? Les pays européens sont frileux … mais pas s’il s’agit de foncer tête baissée dans l’inconnu avec Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Janssen, etc.


L’obligation de rappels répétés de vaccination avec des vaccins génétiques n’augmente-t-elle pas les risques d’effets secondaires inconnus ?
Avec le variant delta, et encore plus omicron, toutes les versions du vaccin semblent avoir perdu leur efficacité (voir notamment Israel, Islande, UK, …).
Ce qui fait qu’on va devoir faire des rappels de vaccination à chaque fois qu’un nouveau variant apparaîtra.
L’injection répétée de vaccins génétiques me semble problématique tant qu’on n’aura pas suffisamment de recul pour garantir qu’aucun effet secondaire dangereux n’apparaisse à long terme.
Dans ce cadre-là, l’utilisation de vaccins « traditionnels », à virus inactivés, me semble plus sûre. C’est ce qu’on fait avec la grippe, même si la vaccination n’est pas toujours efficace.

Avec ces questions en tête, j’ai alors rédigé une pétition en septembre 2021, que j’ai postée sur change.org:
« Accès à un vaccin anti-COVID de type virus inactivé en Europe »
Avec l’espoir qu’elle touche suffisamment de personnes, mais avec le minuscule réseau que j’ai, j’en doute quelque peu. Alors si vous lisez ceci en septembre 2021, et que vous êtes d’accord, ce serait bien sympa de la faire circuler …

Et un espoir de retour à la sagesse: un groupe de réflexion qui s’est créé récemment: le groupe CovidRationnel. Suivez-le et soutenez-le !

Et également, une association très active et inspirante qui s’est élevée contre l’arbitraire en action aux niveau de nos belles institutions dirigeantes: Notre Bon Droit. À suivre sans modération, et à soutenir.

Le cholestérol, le grand bluff ? Mais où est le bluff en fait ??

Après avoir visionné ce documentaire (« Cholestérol: le grand bluff ? ») sur Arte (voir aussi sur Wikipedia), très bien monté et très habile, j’étais ébranlée. Mais que font nos bons médecins ? Ils nous empoisonnent. Ça fait des années que les recherches vont bon train, dans tous les sens, sur ce problème des maladies cardiovasculaires, et en particulier l’implication du cholestérol, et en fait, tous ces chercheurs, sans exception (à part le petit groupe de sympathisants autour de l’idée du grand bluff) sont à la botte de Big Pharma.
J’ai travaillé 37 ans dans la recherche fondamentale, pas directement dans la santé, bien que en relation quand même. Et il est vrai que le Centre où je travaillais avait des contrats de recherche avec certaines firmes pharmaceutiques, mais nous n’avons jamais reçu de directives, nous étions libres de nos orientations de tests et de recherche. Donc, le complot Big Pharma, c’est mal présenté car, s’il est évident que ce groupe de pression est énorme, je ne crois pas qu’il s’agit d’un complot, mais simplement d’une question de fric.
J’ai alors été consulter Internet (Ecosia est mon ami !! ). Je voulais savoir vraiment de quoi il retournait.
Mais hélas, à ce propos spécifique, Internet est inondé par les informations, à sens unique, de Michel de Lorgeril. Ce médecin est suivi par beaucoup d’autres spécialistes, et je ne doute pas de leur sincérité. J’avoue que sa croisade pour le régime méditerranéen est extrêmement sympathique, et certainement bénéfique, je n’en doute pas. Mais son matraquage à propos du cholestérol ne me semble pas tout-à-fait correct scientifiquement parlant, bien qu’il m’ait fallu du temps pour vraiment le voir.
Après la diffusion de ce documentaire sur Arte, il y a eu une réaction de mise au point des associations de cardiologie dans les JT.
D’ailleurs, dans Wikipedia à propos de ce documentaire, la section « Critiques » rappelle:
« La Société française de cardiologie, la Société belge d’athérosclérose et l’Association Belge des Patients souffrant d’Hypercholestérolémie Familiale, et la Ligue cardiologique belge se sont indignées officiellement de ce « reportage tout à fait déséquilibré » qui « relèverait de la « théorie du complot » » et remettant en cause des observations scientifiques parmi les mieux démontrées en médecine préventive (l’effet protecteur des statines sur la santé cardiovasculaire et sa sécurité sur tous les autres systèmes). La Société française de cardiologie (via Alliance du Cœur), l’Association belge de l’hypercholestérolémie familiale et la Ligue cardiologique belge sont toutes les trois proches de l’industrie pharmaceutique.« .
Rappelons comment fonctionne la recherche, en Belgique en tout cas (je suppose qu’en France et ailleurs, c’est fort pareil). L’état n’a pas les moyens de bien financer la recherche donc, il faut aller chercher des crédits là où ils sont. L’industrie pharmaceutique est une source de revenus, mais ce n’est pas la seule source, d’autres sponsors existent, comme la Loterie Nationale, où les évènements comme le Télévie, etc. Mais ça n’implique pas de lien maître-esclave … Même si c’est quand même le cas parfois. Rien n’est bien clair en tous cas.
Ensuite, j’ai discuté avec ma cardiologue, qui suit de près l’actualité scientifique dans son domaine et en qui j’ai toute confiance pour son esprit critique et ouvert.
Et en un quart d’heure elle avait démonté complètement la construction ci-dessus.
Quelques remarques en vrac qu’elle m’a données.
1. Un des arguments du Dr de Lorgeril est que dans les thrombi des personnes décédées lors d’une crise cardiaque, on ne trouvait pas de trace de cholestérol. Normal, puisque celui-ci ne se trouve pas dans les thrombi, mais sous l’endothelium des vaisseaux sanguins.
2. Il paraîtrait que les médecins donnent systématiquement des statines à leurs patients ayant un taux de cholestérol élevé. D’après ma cardiologue, ça fait déjà longtemps que ça ne se fait plus, en tout cas selon les recommandations officielles en Belgique. Les statines ne sont données que dans certains cas, lorsque le taux de mauvais cholestérols reste au-dessus d’un seuil donné.
3. Les recherches sur le pouvoir des statines se fait souvent « statine contre statine », c’est-à-dire qu’on compare les effets (pour ou contre), donc en pratique, on met les industries pharmaceutiques en concurrence.
4. Les effets des bon et mauvais cholestérols sont sujets à recherche depuis très longtemps, et pas nécessairement pour mettre en avant une médication ou l’autre, mais simplement pour comprendre leur rôle, leur implication. C’est juste de la recherche fondamentale.
Je sais qu’actuellement, beaucoup de recherches se poursuivent dans ce domaine pour comprendre les influences des types de LDL-C, pour trouver des solutions plus naturelles que les statines, qui ont quand même quelques effets secondaires embêtants. Donc, aujourd’hui, je fais mes petites recherches moi-même, sur pubmed.